Archives

Communiqué de presse : Le Parti Pirate réclame toute la lumière sur le vote par Internet des Français de l’Étranger

Le vote par Internet des Français établis hors de France s’est terminé à 12h00 le mardi 29 mai pour le premier tour des législatives. D’après le Ministère des Affaires Étrangères, 130 000 votes auraient été enregistrés sur 600 000 votes potentiels. Le Parti Pirate avait émis le premier des réserves sur la sécurité du scrutin. Ces réserves ont été confirmées par une récente vidéo, qui pointe la possibilité de manipuler ce vote, à l’insu de l’électeur. Nous avons aussi été mis au courant de la possibilité de lier électeur et vote. Le Parti Pirate demande donc de nouveau au Ministère des Affaires Étrangères de publier de véritables informations permettant de vérifier la fiabilité du système de vote par Internet.

Précisément, le Parti Pirate demande au Ministère des Affaires Étrangères de bien vouloir publier dans les plus brefs délais :

  • Le code source et la documentation technique du système de vote
  • Les expertises techniques réalisées avant le scrutin
  • Les procédures mises en place pour empêcher le viol du secret du vote malgré la conservation des historiques des votes sur le serveur
  • Un rapport sur l’activité du support technique ces derniers jours

Avant l’ouverture du scrutin le 23 mai, le Parti Pirate était le seul parti politique à avoir dénoncé l’opacité de ce scrutin (1), dont la gestion et le contrôle ont été entièrement confiés à moins de vingt personnes. Nos observateurs délégués pointaient dès le 21 mai des insuffisances démocratiques et possibles failles informatiques.

Nos craintes ont largement été confirmées depuis. Selon nos informations, l’heure exacte de chaque vote est enregistrée à la fois sur le serveur d’émargement (qui tient à jour la liste des votants) et sur le serveur de l’urne électronique (qui enregistre chaque « bulletin » de vote). Or, malgré nos demandes, nous n’avons pu obtenir les preuves irréfutables quant à l’impossibilité de lier ces deux fichiers pour faire correspondre un vote avec son votant.

D’autres dysfonctionnements ont parallèlement été mis à jour :

  • Une vidéo de Laurent Grégoire (2) démontre avec quelle facilité un ordinateur infecté par un virus peut voter à la place de l’électeur.
  • Les plus de deux cents plaintes récoltées par le Parti Pirate (3) à propos des dysfonctionnements du logiciel de vote, remettent l’accessibilité du vote en question.

Tout ceci conforte nos doutes : les délais réservés aux audits préliminaires sur le vote électronique étaient bien trop courts.

C’est pour toutes ces raisons que le Parti Pirate exige la transparence absolue sur le vote des Français de l’Étranger. En attendant cette transparence, le Parti Pirate met en doute la validité du scrutin.

Liens :

(1) http://legislatives.partipirate.org/2012/2012/05/21/le-parti-pirate-denonce-lopacite-du-vote-par-internet-des-francais-a-letranger-et-labandon-du-controle-des-elections-a-des-societes-privees/

(2) La procédure est décrite dans le papier http://www.scribd.com/doc/94990325/Comment-mon-ordinateur-a-vote-a-ma-place-et-a-mon-insu La mise en application est démontrée sur la video https://vimeo.com/42935480

(3) http://vote-electronique.partipirate.org/2012/

Le Parti Pirate, 30/05/2012

Communiqué publié sous licence CC-BY

À propos du Parti Pirate

Né en 2006, le Parti Pirate est présent dans soixante pays. Il compte deux eurodéputés suédois, et plusieurs élus outre-Rhin. Début mai, il a recueilli plus de 8% des suffrages en Rhénanie-du-Nord, un score qui lui ouvre pour la quatrième fois les portes d’un parlement régional allemand. Les Pirates défendent les droits et libertés fondamentaux, libèrent l’accès à la culture et au savoir, et luttent contre les monopoles privés et le système des brevets. Nos propositions incluent la légalisation du partage hors marché, l’ouverture des données publiques, la lutte contre le fichage abusif, le renforcement de l’indépendance de la justice et la transparence de la vie politique. Le Parti Pirate est membre du Parti Pirate International (PPI).

Son programme, rédigé et voté par ses adhérents, est disponible ici.

Le Parti Pirate présente 101 candidats aux législatives dont 4 sur les circonscriptions des Français de l’étranger :

Publicités

Ma réponse aux questions de TV5 Monde

Qui êtes-vous ?

Je suis un Français de 20 ans établi en Belgique depuis bientôt 10 ans. Je me présente sous la bannière du Parti Pirate à ces élections législatives dans la 4ème circonscription des Français établi hors de France. Arrivé avec mes parents venus en Belgique pour cause d’expatriation professionnelle, j’ai fait tout mon secondaire au Lycée Français Jean Monnet à Bruxelles, puis j’ai décidé de rester en Belgique après mon baccalauréat pour suivre des études d’ingénieur civil à l’Université Libre de Bruxelles. Travaillant à la fois avec des associations belges et françaises, je me suis impliqué dans la lutte contre l’ACTA au Parlement Européen, et contre l’émergence d’une loi de type HADOPI en Belgique. Je suis également président d’une association qui a pour objectif de devenir le premier fournisseur d’accès à Internet associatif belge.

Pourquoi voulez-vous être député des Français établis hors de France ?

 

Le cumul de mandat, une majorité et une opposition bloquées dans leur carcan de parti, des députés qui ne comprennent rien à la révolution numérique, aux enjeux que devront affronter les générations futures, une Assemblée National déserte qui vote des lois instaurant un fichage généralisé de la population, tout ça m’a convaincu de me présenter au poste de député. Même si le député n’est pas un représentant de sa circonscription mais un représentant de la Nation, il me semble impératif que le député connaisse, vive les problèmes quotidiens auxquels sont confronté ses électeurs qu’il se doit de consulter et d’informer de ses actions par ailleurs.

Sur quelles problématiques faites-vous campagne  ?

Je me concentre sur des problématiques nationales et législatives, ce qui correspond au réel périmètre d’action d’un député. Les thèmes principaux que je défend au nom du Parti Pirate sont la légalisation du partage, l’ouverture des données publiques, la lutte contre le fichage abusif, l’indépendance de la justice, et transparence de la vie politique, auquel j’ajoute un thème que je défend personnellement de prospérité économique centrée autour la création d’un revenu de base, universel et inconditionnel, et d’une simplification de l’impôt. Le Parti Pirate est conscient de la non exhaustivité de son programme, c’est pour cela que je compte m’appuyer sur les citoyens afin qu’ils participent à l’élaboration de la loi.

Lien vers l’article original : http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/France-2012/Les-articles/Reponses-des-candidats/p-21664-Pablo-Martin-candidat-du-Parti-Pirate.htm

Législatives : Le Parti Pirate dénonce l’opacité du vote par Internet des Français à l’étranger et l’abandon du contrôle des élections à des sociétés privées

Pour la première fois, dans 48 heures, 700 000 Français à l’étranger sont appelés à voter sur Internet à partir du 23 mai pour élire les 11 députés qui les représenteront. Sur les cinq délégués des candidats présents lors de la cérémonie officielle de clôture de l’urne électronique, vendredi 18 mai, quatre représentaient le Parti Pirate. Les délégués ont observé des insuffisances graves, pouvant remettre en cause la sécurité du vote, dans le contrôle des quelques procédures qui leur ont été données à voir. Le Parti Pirate va continuer à surveiller le déroulement du scrutin sur Internet. Il appelle tous les Français à l’étranger à faire part de leur expérience de vote en ligne sur un site dédié http://vote-electronique.partipirate.org/2012 .
Lire la suite